Temps de lecture : 5 minutes
Pokémon Go : 10 biais cognitifs qui expliquent le succès du jeu
5 (100%) 1 vote

Cette semaine, chez Convertize, nous avons voulu tester Pokémon Go. En effet, cela fait déjà plusieurs semaines que nous en entendons parler. Après sa sortie officielle en France et en Angleterre, nous nous sommes donc lancés dans l’’aventure.

Après avoir téléchargé l’’application et nous être inscrits, nous avons réalisé que nous étions tous “tombés dans le panneau”. Les créateurs de Pokémon Go utilisent de nombreux biais cognitifs pour nous pousser à tester le jeu, et une fois inscrits, pour nous rendre dépendants. Certains d’’entre nous voulaient simplement tester ils sont désormais niveau 10 !

Mais quels sont donc ces principes de psychologie exploités par Pokémon Go ?

Une application qui donne envie

landscape-1456483171-pokemon2

 1  Effet d’’exposition

Si vous avez entre 20 et 30 ans, il est fort probable que les pokémons aient occupé une part importante de votre enfance. Vous jouiez et collectionniez les cartes avec vos amis ou bien, vous possédiez les versions rouge ou bleu sur votre GameBoy. …La belle époque ! Alors, lorsque vous avez entendu parler d’’un jeu mobile en réalité augmentée et basé sur cet univers, vous avez immédiatement cherché à en savoir plus. Quel plaisir de redécouvrir toutes ces petites créatures. …C’est ainsi que les concepteurs du jeu exploitent l’’effet d’’exposition. Ce biais cognitif est celui par lequel quelque chose de familier suffit à provoquer chez nous un sentiment positif : le seul fait d’’entendre le nom « Pokémon » nous ouvre l’esprit et nous rend plus enclin à l’’apprécier.

 2  Motivation extrinsèque/intrinsèque

Il existe deux types de motivations : la motivation intrinsèque (provenant d’’un facteur intérieur comme l’intérêt personnel) et la motivation extrinsèque (provenant d’’un facteur extérieur). Certains joueurs sont d’authentiques passionnés des pokémons, ils connaissent leurs noms et leurs capacités par coeur. Ces individus auront donc une motivation intrinsèque très forte qui les poussera à jouer. Pour d’’autres, la motivation est extrinsèque et peut être liée au principe ci-dessous.

 3  Social proof (Preuve sociale)

Ma motivation, par exemple, est liée au principe de « reconnaissance sociale ». Mes amis jouent sans arrêt, la presse en parle et j’ai découvert sur les réseaux sociaux des sorties Pokémon où je n’étais pas invité. Alors, je me suis conformé au comportement de mes amis et j’’ai téléchargé Pokémon Go sur mon téléphone.

 4  Réactance psychologique

Pour finir, ne vous êtes-vous pas sentis frustrés lorsque le jeu a été lancé dans de nombreux pays, et pas en France ? Et si je vous disais que les créateurs de Pokémon vous ont volontairement donné la possibilité d’’y jouer tout de même ? En effet, il suffisait de télécharger l’’application sur un store étranger pour en profiter, même en France ! Il aurait pourtant été très facile pour eux de bloquer le jeu suivant votre localisation. Ils ont profité de votre réactance psychologique : c’’est le fait de se sentir privé de certaines de vos libertés et de chercher à contourner le système pour ne plus sentir cette restriction. Nous pouvons comparer ça au fruit défendu : c’’est bien parce qu’il était défendu qu’’il fut mangé. Et c’’est aussi parce que Pokémon Go n’’était pas disponible sur le store français que beaucoup ont cherché à le télécharger d’’une autre manière. Êtes-vous de ceux sur qui ce biais cognitif a fonctionné ?

 

Une application addictive

Attirer le joueur n’’est que la première étape. Pour parler de réussite, encore faut-il que les utilisateurs continuent à jouer, qu’’ils ouvrent l’’application le plus régulièrement possible et qu’’ils en parlent autour d’’eux. Pour cela, rien n’’est laissé au hasard ! Il faut rendre le jeu addictif, c’’est alors que rentrent en jeu de nombreux biais cognitifs.

pokemon-go-interface-680x406

 5  Peur de Manquer (FOMO en abréviation anglaise)

Je considère que la caractéristique la plus marquante de Pokémon Go est que son fonctionnement soit basé sur le type MMORPG (Massive Multiplayer Online Role-Playing game ou Jeu de rôle en ligne massivement multi-joueur). Cela signifie que l’univers du jeu continue d’évoluer même lorsque vous n’utilisez pas l’application. C’est alors que la peur de manquer (FOMO), de rater un événement en l’occurrence, entre en jeu. Vous devez laisser l’application ouverte et constamment vérifier les alentours.

 6  Effet de rareté

La peur de manquer combinée à l’’effet de rareté est une recette imparable. En effet l’’effet de rareté est le principe, selon lequel, un individu accorde davantage de valeur à un produit rare qu’’à un produit disponible en quantité.  Ainsi, le fait que certains pokémons soient plus rares et n’’apparaissent qu’’à petite dose est un mécanisme infaillible :  si vous ne jouez pas, vous risquez de manquer « le » pokémon dont vous rêvez et qui se tient peut être en ce moment même à côté de vous.

 

Pokémon Go reprend toutes les caractéristiques clefs du jeu vidéo addictif:

 7  Effet d’objectif progressif

La progression est centrale dans le jeu et elle s’avère indispensable pour accéder à de nouveaux objets, à de nouveaux pokémons. Cette progression est palliée par des niveaux assez resserrés, ce qui nous donne sans cesse le sentiment d’’être à deux doigts de compléter un objectif et nous motive donc à jouer davantage pour atteindre cet objectif : c’’est l’’effet d’objectif progressif.

 8  Motivation par l’’incertitude

De plus, le jeu reste assez opaque quant à son évolution, que ce soit au niveau des objets et des fonctionnalités qu’’il reste à débloquer, ou au niveau des pokémons accessibles. Ces mystères nous intriguent et la progression dans le jeu en devient d’’autant plus alléchante : c’’est l’effet de motivation par l’’incertitude.

 9  Effet IKEA

En progressant, on rencontre donc de nouveaux pokémons. Il faut alors faire des choix : quels pokémons entraîner ? Quels pokémons rechercher ? Ces choix participent à constituer progressivement une équipe de pokémons qui nous est propre, que l’’on a conçue et construite avec patience. De la même manière que l’’on s’’attache davantage aux meubles que l’’on monte nous même, cet investissement personnel amplifie notre attachement à nos pokémons et donc au jeu : c’’est l’’effet IKEA.

 10  Effet des coûts irrécupérables

Cerise sur le gâteau, l’’effet des coûts irrécupérables démontre que les individus peuvent être influencés dans leurs décisions de façon irrationnelle s’’ils pensent qu’’ils vont perdre le temps, l’’argent ou les efforts qu’’ils ont déjà consentis à investir. Vous êtes donc coincés, ce biais vous dissuade d’’abandonner Pokémon Go car vous vous avez déjà passé des heures entières sur le jeu et qu’il vous « paraît » stupide d’abandonner maintenant.

 

Vous êtes maintenant informé des grands mécanismes qui vont ont entraîné dans l’’aventure Pokémon Go. Pour autant, avez-vous envie d’arrêter ? Non. Révéler ces mécanismes ne change en rien la nature de cette expérience et le plaisir qu’’elle peut vous procurer. Ensuite, parce que vous n’’avez pas envie d’’abandonner alors que vous avez attrapé 50 pokémons, atteint le niveau 15 et qu’il vous reste Pikachu à capturer…

Vous êtes-vous, vous aussi, laissé piéger ?

pikachu

Benjamin Ligier

Par Benjamin Ligier

Benjamin est CRO Project Manager chez Convertize. Il est basé à Londres. Passionné par le Design et le Marketing en ligne, il a rejoint Convertize en 2011, pour y exercer successivement des fonctions liées à l'acquisition emailing et à l'optimisation des taux de conversion.